Nous vivons dans une époque où la présence du féminin et des femmes change les coordonnées de jouissance du sujet contemporain. Mais il ne s’agit pas de l’aspiration féminine actuelle seulement: c’est aussi l’empire de l’image qui semble faire aujourd’hui que l’identification avec l’image de la femme puisse répondre à l’échec de la construction du corps.

Cette identification imaginaire donne de l’unité au corps devant l’échec du miroir et peut supprimer le manque de signification phallique où cette logique n’est pas présente.

Il est important de noter que ce qui est en jeu dans ce cas peut ne pas être un choix sexuel, mais une réponse à l’échec de la corporisation, une réponse qui interprète la jouissance. Lorsque cette féminisation se produit avec des enfants, bien qu’il ne soit pas encore le temps d’inventer une sexuation, nous ne pouvons pas dire que cette interprétation précoce de la jouissance n’aura aucun effet sur un choix ultérieur. Toutefois, cela ne nous permet pas de nous mêler en elle.

Par exemple, dans le cas d’un enfant qui vient au cabinet et est en train de réaliser le fantasme maternel en faisant l’Un avec l’image de sa sœur, on effectue des constructions pendant la séance afin que cet enfant ne diminue pas son régime alimentaire pour donner du volume à son corps et le vivifier. Ainsi il ne se réduit pas à son enveloppe corporel.

 

Traduction du portugais au français: Adriano Messias